Genre grammatical et représentations sociales

J’ai proposé, le 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, une synthèse des réflexions et expériences menées par Brauer et Landry dans leur article de 2008, Un ministre peut-il tomber enceinte ? L’impact du générique masculin sur les représentations mentales.

D’abord une petite définition de ‘générique masculin’ : C’est un “terme qui, au sens strict, se réfère à un groupe d’individus de sexe masculin, mais qui, par extrapolation, est utilisé également pour désigner un groupe composé à la fois d’hommes et de femmes” (p. 245).

A partir de là, une question centrale :

Le générique masculin n’entraîne-t-il pas plus de représentations masculines que de représentations féminines ?

En gros, si je dis “les étudiants”, est-ce que je pense *vraiment* à des étudiantes ET des étudiants ?

Ou est-ce que je vais avoir tendance à ne penser qu’à des étudiants de sexe masculin ? En d’autres termes :

Quel lien entre genre grammatical et genre comme construction/catégorie sociale ?

(Je vous passe la présentation des études sur locutrices et locuteurs anglophones ayant déjà montré que dire ‘chairman’ ou ‘chairperson’, ou encore ‘the average student feels isolated in his/her/their introductory courses, ben, non, c’est pas pareil.)

Mais les auteurs sont prudents : “Le fait qu’un biais existe dans la langue anglaise n’implique nullement que ce même biais existe en français” (p. 251). Du coup, ils proposent de le tester à partir de cinq études.

Etude 1. Des participant·e·s remplissent un “questionnaire général sur la politique en France” avec notamment la question : citez les personnalités politiques de droite et de gauche que vous imagineriez volontiers au poste de Premier ministre.

Avec deux versions du questionnaire : citez tous les “candidats de droite (ou gauche)” ou “candidats/candidates de droite (idem)”.

Les résultats sont limpides : les participant·e·s “citent trois fois plus de femmes politiques quand on les interroge sur des ‘candidats/candidates'” (p. 254).

Etude 2. Il faut remplir un “questionnaire de Proust” avec ses personnalités préférées. L’idée est que les gens sont sans doute plus impliqués quand on leur pose des questions personnelles plutôt que leur opinion politique.

Là encore, deux versions du questionnaire : “vos héros dans la réalité” vs. “vos héros/héroïnes dans la réalité” ; “vos chanteurs préférés” vs. “vos chanteurs/chanteuses préféré(e)s”.

Deux résultats principaux : 1) Moins de femmes sont citées quand la version masculin générique est utilisée (“vos héros dans la réalité”) ; 2) les femmes citent davantage de femmes.

Etude 3. Tester le type de générique utilisé pour décrire une profession (ex : “les avocats” vs “les avocats/avocates”), dans des professions exercées autant par les femmes que les hommes. En utilisant une fois sur deux le mot ‘individu’ et sinon, ‘personne’.

Les participant·e·s devaient citer un individu/une personne “prototypique de cette seule profession puis, à décrire cet individu en inventant un nom, un prénom et d’autres détails de sa vie” (p. 260).

Bon, je pense que vous commencez à voir où je veux en venir… Une fois encore, quand on parle d’ “avocat” et non “avocat ou avocate”, plus de chances de penser à un homme.

Plus étonnant, le terme ‘individu’ active moins la représentation de femmes que le terme de ‘personne’ alors que ce sont censés être des noms épicènes (= qui peuvent être employés pour désigner homme ou femme sans variation de forme)…

Etude 4. Cette fois-ci, on interroge des enfants avec la question “Sais-tu ce que font les ______ ?”. Avec, à la place du blanc, “avocats, coiffeurs, comédiens, danseurs et vendeurs de vêtement” ou les variantes “avocats et avocates”, etc. 

Puis l’enfant devait dessiner la personne et lui donner un prénom. Une fois encore, les enfants à qui on décrit les professions sous le prisme du masculin (“avocats”) dessinent moins de femmes. Et, de façon générale, les filles dessinent plus de femmes.

Etude 5 (bientôt la fin !). Les personnes lisent un bref texte sur un congrès d’informaticiens ou un congrès des directeurs de centre de documentation, avec, d’un côté, un texte sur les “informaticiens” tout court, de l’autre, sur les “informaticiens et informaticiennes”.

Bon et bien là encore (décidément on se répète), les participant·e·s pensent que “moins de femmes ont participé au congrès quand le groupe professionnel a été désigné avec un générique masculin” (p. 267).

Bilan

1) “En moyenne, 23 % des représentations mentales sont féminines après l’utilisation d’un générique masculin, alors que ce même pourcentage est de 43 % après l’utilisation d’un générique épicène.” (p. 268) = PRESQUE DEUX FOIS PLUS !

2) “Le générique masculin active moins de représentations féminines qu’un générique épicène, et ceci indépendamment du fait s’il s’agit de candidats politiques, d’artistes, de professionnels, de personnages de roman ou de personnes fictives.” (p. 268)

Conclusion

Le masculin générique est bien loin d’être anodin, et contribue effectivement à invisibiliser les femmes en activant de façon majoritaire la représentation d’hommes uniquement.

Je conclurai en rappelant que cette vision reste malgré tout encore très binaire (ce n’est pas un reproche aux auteurs) : en 2019, on peut aller encore plus loin vers une langue inclusive qui prenne en compte la diversité des identités et sentiments d’appartenance, au-delà de l’opposition stérile, pour beaucoup, entre “femmes” et “hommes”.

Cite this article as: Naomi, "Genre grammatical et représentations sociales," in Ici et là, 08/03/2019, https://icietla.hypotheses.org/1146.

Le jour d’après

Ça y est. J’ai soutenu ma thèse. Comme tout moment attendu, rêvé, fantasmé pendant des semaines (si ce n’est des années…), la réalité est toujours différente. Et une fois encore, je ne suis pas vraiment ce que tout le monde me met dans la bouche (« tu dois être soulagée », « tu dois te sentir vide »), peut-être, tout simplement, parce que je n’en suis pas encore là. 

Continuer la lecture

Open Access: An Early Career Researcher Perspective

Preview of the Presentation

On 21 January 2019 I have been invited to share my thoughts on open access during the workshop “How to make the most of your publications? Discover evolving trends in open access” jointly organized by FOSTER Plus and DARIAH-EU in Berlin. Thank you again to the organizers and the participants for making this event a friendly and inspiring one! 

Continuer la lecture

Some Useful Free Online Resources When You’re Writing a PhD

I am now approaching the end of my PhD in Linguistics. Along the way, I have discovered several techniques to help me stay organised in my academic life and get access to online resources. I hope some that of these ideas may be helpful to you. In addition to how useful all the apps, extensions, and websites I share are to me, they are also all free. I address the following topics:

  • Organisation
  • Writing
  • Bibliography
  • Reading
  • Online Visibility
  • Social Networks
Continuer la lecture

Some Tips for Your First Encounters With A German University

Preview of the Presentation

On Friday 5 October 2018 I have been invited to talk about my experience as a DAAD Fellow at the DAAD Orientation Meeting – Section ST24 – Western, Northern and Southern Europe.

I was happy to discuss with students and early-career researchers from all over Europe about their expectations and questions regarding the new student or research life they are about to experience in Germany thanks to the DAAD! Click on the link above to download the slides of my presentation.

Cite this article as: Naomi, "Some Tips for Your First Encounters With A German University," in Ici et là, 06/10/2018, https://icietla.hypotheses.org/251.

Finding Your Voice: Academic Writing in an International Context

I have just received the revisions of a colleague of mine on my PhD draft, and among all her insightful remarks, one in particular stroke me. She wrote that the first person singular pronoun I is very frequent in my text, and suggested that I used more passive or impersonal constructions. My colleague is a German native speaker who speaks French and English perfectly. Yet on a day-to-day basis, she evolves in a French-German environment.

Why do I give you so much background information? Being a French native speaker writing my thesis in English (see this article on the reasons of my choice), I have the intuition that I’m not using the pronoun I that much — but that it might look like I do, at least for French and German speakers. In other words, what if my colleague’s comment was typical for different perceptions of academic writing in an international context? Let me be more specific.

Continuer la lecture

The Day I Removed my Publications from Academia & Research Gate

Well, this is it. I have decided to remove all my publications from Academia and Research Gate (and no, I will not insert a link to those sites).

Sometimes, there are things you’ve been wanting to do for a long time, but you didn’t feel like it, or you were a bit afraid of the consequences [1]. In my case, I thought that I didn’t have the choice as a PhD student; I’ve been told that I need to be visible online and that scholars love those platforms for their simplicity and their ergonomy. I thought that if my community uses Academia and Research Gate, I had to follow their rules in order to be (accepted as / regarded as) a full member of this community. It is true that for many young scholars who do not have access to a page of the websites of their universities, Academia and Research Gate offer simple ways to publicly present your research.

Continuer la lecture

Ce que l’outil fait à la recherche, ou comment j’ai (re)pensé ma thèse avec Zotero

C’était un dimanche soir, un coup de téléphone avec un ami en fin de thèse, en plein dans les dernières étapes de la rédaction. Je lui demandai combien de chapitres il lui restait encore à rédiger, et il me répondit, le plus naturellement du monde : « Oh, j’ai presque fini en fait, il ne me reste plus que la bibliographie, qui me prendra quelques jours ». J’ai sursauté : « Comment ça, quelques jours ? Je ne comprends pas, ça prend 5 minutes… Tu n’utilises pas de logiciel de gestion bibliographique ? ».

Ben non… ça ne m’est pas vraiment utile en fait, je préfère perdre quelques jours en fin de thèse à mettre la bibliographie en forme plutôt que de m’approprier un nouvel outil qui va marcher une fois sur deux.

C’est alors que je me suis rendue compte que pour beaucoup, Zotero (et ses homologues EndNote et Citavi, mais je ne parlerai que de Zotero ici) n’est justement QUE cela : un outil, certes potentiellement utile, mais surtout compliqué, rébarbatif, bref appartenant à cet univers riche de promesses de gain de temps mais surtout de bugs : le numérique. Ayant découvert par hasard, au moment de la rédaction de cet article, un autre billet très intéressant sur les avantages liés à Zotero, je choisis à dessein de ne présenter que quelques unes des fonctionnalités souvent méconnues de Zotero au-delà de sa capacité première à créer des bibliographies dans tous les styles et toutes les langues en quelques secondes.

Continuer la lecture

Why You Should Spend Some Time Abroad During Your PhD If You Can

I’ve been living in the US for only three weeks, but I already know that this research stay abroad will have a huge impact on my research. I’m still not sure whether I’ll keep up with my schedule, but I’m confident that being in a new academic environment will significantly contribute to my project. Why is that?

Continuer la lecture

Je te donne, tu me donnes, nous nous donnons… nos données

J’ai eu l’occasion, le 1er juin 2017, de présenter en une minute mes réflexions au cours de la table ronde « Publier à l’ère numérique » co-organisée par le Centre Marc Bloch, DARIAH-EU, le bureau de la coopération universitaire de l’Institut français d’Allemagne à Berlin et l’Université franco-allemande (UFA) – merci à Anne Baillot et à Laurent Romary pour l’invitation ! Bien que nos interventions aient été filmées [1], je voudrais ici approfondir les trois grands points que j’ai développés à cette occasion afin de souligner, une fois encore, à quel point le mouvement de l’accès ouvert (open access) représente une avancée certaine pour l’état de nos connaissances.

Les réflexions que je présente pêle-mêle ici sont sans doute très ancrées dans une discipline, la linguistique, qui travaille sur corpus (à savoir, une collection de textes), souvent annotés en fonction de différents types de paramètres, qui peuvent relever de métadonnées générales (qui parle, quand, combien de temps) ou d’unités linguistiques précises (est-ce un tour de parole, une citation, un morphème, un phonème). Je n’ignore pas que certaines données issues de la recherche – par exemple, certains entretiens – puissent avoir une portée confidentielle ou représenter une plus-value importante pour la personne les ayant recueillies (terrain ou archive inaccessible). A mon échelle, les débats parlementaires étant soumis à la règle de publicité, vidéos et transcriptions sont intégralement disponibles en ligne pour les trois pays que j’étudie. La « seule » chose que je mets à disposition, c’est donc mon travail : l’annotation linguistique de mes corpus en TEI-XML.

Continuer la lecture

Trucs et astuces pour postuler à une bourse Fulbright – Programme doctorant·e·s

Inspirée par le récent billet « Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat » [1] que j’ai trouvé extrêmement utile et bienvenu alors que le monde académique devient toujours plus concurrentiel, j’ai eu envie à mon tour de partager mon expérience en tant que récente lauréate Fulbright. Mais un petit disclaimer (« clause de non-responsabilité » en français) avant de rentrer dans le vif du sujet : je n’ai toutefois qu’une expérience très limitée des candidatures Fulbright puisque j’ai eu la chance d’être sélectionnée dès ma première tentative. Les conseils que je présente ici ont été glanés au cours d’échanges informels avec des collègues ou collectés sur le web, sans que je puisse être assurée de ceux qui ont vraiment marché.

Continuer la lecture

Ecrire en anglais dans le franco-allemand : réticences, partis pris et compromis

Spoiler (ouh le vilain anglicisme !) : ce billet n’est PAS une apologie de l’anglais scientifique. Alors, vous continuez ?

Mon premier billet est consacré à une question épineuse, qui ne manque de faire débat à chaque fois qu’elle est abordée : celle de l’écriture scientifique en anglais. Dans le cadre franco-allemand dans lequel j’évolue en particulier, écrire en anglais suscite des réactions parfois désemparées (pourquoi choisir une langue tierce lorsque l’on a déjà le français et l’allemand à sa disposition ?), parfois franchement hostiles (pourquoi mettre en danger l’allemand et le français en choisissant obstinément la « langue de la domination » ?). C’est à ces arguments, que j’entends et respecte, que ce billet vise à apporter des éléments de réponse partiels, partiaux, et volontairement subjectifs.

Continuer la lecture