Le jour d’après

Ça y est. J’ai soutenu ma thèse. Comme tout moment attendu, rêvé, fantasmé pendant des semaines (si ce n’est des années…), la réalité est toujours différente. Et une fois encore, je ne suis pas vraiment ce que tout le monde me met dans la bouche (« tu dois être soulagée », « tu dois te sentir vide »), peut-être, tout simplement, parce que je n’en suis pas encore là. 

La veille, une amie m’a envoyé cette petite histoire en émoticônes pour annoncer ce que pourraient être cette journée ainsi que la soirée qui la précédait : 

Capture d’écran d’un message WhatsApp reçu la veille de la soutenance. Collection personnelle CC-BY-SA.

A part le flamenco, c’est exactement ça. Je gravite encore dans un tournillon d’émotions, le sentiment que c’est passé à toute vitesse, déjà, dès l’annonce des résultats, la frustration que cela soit fini, que je n’aie — toujours pas — tout dit, dit tout ce que j’avais à dire. J’avais préparé une bonne dizaine de questions à partir des pré-rapports et des intérêts de recherche des membres du jury, et finalement, seules une ou deux m’ont été posées. J’en ai été ravie : cela m’a incitée à vraiment répondre le jour même, à affiner ma réflexion au fur et à mesure de la soutenance, à improviser. C’était très stimulant, intellectuellement.

Le pot de thèse, paradoxalement, m’a paru aussi difficile que la soutenance (je sais, cela semble absurde) : le mélange des sphères familiale, amicale et professionnelle, l’appétit coupé (ma soutenance a eu lieu le matin et il y avait un buffet à l’heure du déjeuner), toutes ces personnes qui viennent te parler, te féliciter, qui sont là pour toi, mon directeur de thèse qui me dit « on est fiers de toi » (et ça, je ne l’avais vraiment pas vu venir alors que bon, c’est sans doute assez classique pour ce genre d’occasions), les membres du jury, qui posent, inlassablement, la question prévisible de l’après, l’après-thèse. L’après, après l’entre-deux

Le pot d’après-thèse. Collection personnelle CC-BY-SA

Le pot de thèse est un grand moment, qui, comme souvent, n’est que la succession de phrases à la volée, de sourires, d’embrassades souvent brèves. On passe d’une personne à l’autre, on n’a le temps de rien. Mais le bonheur de celles et ceux qui savent déjà que « ça y est », qui ont compris avant toi ce qui vient de se passer, ce qui est en train de se passer, est communicatif. En ce jour d’après, je ne suis ni soulagée, ni vide, mais heureuse. Je suis très, très heureuse. 

Merci à tou·te·s celles et ceux qui ont ensoleillé ce 28 janvier. 

Cite this article as: Naomi, "Le jour d’après," in Ici et là, 29/01/2019, https://icietla.hypotheses.org/1095.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.