Genre grammatical et représentations sociales

Un ministre peut-il tomber enceinte ? Un aperçu de cinq études en psycholinguistique sur l’impact du générique masculin sur les représentations mentales.

J’ai proposé, le 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, une synthèse des réflexions et expériences menées par Brauer et Landry dans leur article de 2008, Un ministre peut-il tomber enceinte ? L’impact du générique masculin sur les représentations mentales.

D’abord une petite définition de « générique masculin » : C’est un « terme qui, au sens strict, se réfère à un groupe d’individus de sexe masculin, mais qui, par extrapolation, est utilisé également pour désigner un groupe composé à la fois d’hommes et de femmes » (p. 245).

À partir de là, une question centrale :

Le générique masculin n’entraîne-t-il pas plus de représentations masculines que de représentations féminines ?

En gros, si je dis les étudiants, est-ce que je pense *vraiment* à des étudiantes ET des étudiants ?

Ou est-ce que je vais avoir tendance à ne penser qu’à des étudiants de sexe masculin ? En d’autres termes :

Quel lien entre genre grammatical et genre comme construction/catégorie sociale ?

(Je vous passe la présentation des études sur locutrices et locuteurs anglophones ayant déjà montré que dire ‘chairman’ ou ‘chairperson’, ou encore ‘the average student feels isolated in his/her/their introductory courses, ben, non, c’est pas pareil.)

Mais les auteurs sont prudents : « Le fait qu’un biais existe dans la langue anglaise n’implique nullement que ce même biais existe en français » (p. 251). Du coup, ils proposent de le tester à partir de cinq études.

Etude 1. Des participant·e·s remplissent un “questionnaire général sur la politique en France” avec notamment la question : citez les personnalités politiques de droite et de gauche que vous imagineriez volontiers au poste de Premier ministre.

Avec deux versions du questionnaire : citez tous les “candidats de droite (ou gauche)” ou “candidats/candidates de droite (idem)”.

Les résultats sont limpides : les participant·e·s “citent trois fois plus de femmes politiques quand on les interroge sur des ‘candidats/candidates'” (p. 254).

Etude 2. Il faut remplir un “questionnaire de Proust” avec ses personnalités préférées. L’idée est que les gens sont sans doute plus impliqués quand on leur pose des questions personnelles plutôt que leur opinion politique.

Là encore, deux versions du questionnaire : “vos héros dans la réalité” vs. “vos héros/héroïnes dans la réalité” ; “vos chanteurs préférés” vs. “vos chanteurs/chanteuses préféré(e)s”.

Deux résultats principaux : 1) Moins de femmes sont citées quand la version masculin générique est utilisée (“vos héros dans la réalité”) ; 2) les femmes citent davantage de femmes.

Etude 3. Tester le type de générique utilisé pour décrire une profession (ex : “les avocats” vs “les avocats/avocates”), dans des professions exercées autant par les femmes que les hommes. En utilisant une fois sur deux le mot ‘individu’ et sinon, ‘personne’.

Les participant·e·s devaient citer un individu/une personne “prototypique de cette seule profession puis, à décrire cet individu en inventant un nom, un prénom et d’autres détails de sa vie” (p. 260).

Bon, je pense que vous commencez à voir où je veux en venir… Une fois encore, quand on parle d’ “avocat” et non “avocat ou avocate”, plus de chances de penser à un homme.

Plus étonnant, le terme ‘individu’ active moins la représentation de femmes que le terme de ‘personne’ alors que ce sont censés être des noms épicènes (= qui peuvent être employés pour désigner homme ou femme sans variation de forme)…

Etude 4. Cette fois-ci, on interroge des enfants avec la question “Sais-tu ce que font les ______ ?”. Avec, à la place du blanc, “avocats, coiffeurs, comédiens, danseurs et vendeurs de vêtement” ou les variantes “avocats et avocates”, etc. 

Puis l’enfant devait dessiner la personne et lui donner un prénom. Une fois encore, les enfants à qui on décrit les professions sous le prisme du masculin (“avocats”) dessinent moins de femmes. Et, de façon générale, les filles dessinent plus de femmes.

Etude 5 (bientôt la fin !). Les personnes lisent un bref texte sur un congrès d’informaticiens ou un congrès des directeurs de centre de documentation, avec, d’un côté, un texte sur les “informaticiens” tout court, de l’autre, sur les “informaticiens et informaticiennes”.

Bon et bien là encore (décidément on se répète), les participant·e·s pensent que “moins de femmes ont participé au congrès quand le groupe professionnel a été désigné avec un générique masculin” (p. 267).

Bilan

1) “En moyenne, 23 % des représentations mentales sont féminines après l’utilisation d’un générique masculin, alors que ce même pourcentage est de 43 % après l’utilisation d’un générique épicène.” (p. 268) = PRESQUE DEUX FOIS PLUS !

2) “Le générique masculin active moins de représentations féminines qu’un générique épicène, et ceci indépendamment du fait s’il s’agit de candidats politiques, d’artistes, de professionnels, de personnages de roman ou de personnes fictives.” (p. 268)

Conclusion

Le masculin générique est bien loin d’être anodin, et contribue effectivement à invisibiliser les femmes en activant de façon majoritaire la représentation d’hommes uniquement.

Je conclurai en rappelant que cette vision reste malgré tout encore très binaire (ce n’est pas un reproche aux auteurs) : en 2019, on peut aller encore plus loin vers une langue inclusive qui prenne en compte la diversité des identités et sentiments d’appartenance, au-delà de l’opposition stérile, pour beaucoup, entre “femmes” et “hommes”.

Cite this article as: Naomi Truan, "Genre grammatical et représentations sociales," in Ici et là, 08/03/2019, https://icietla.hypotheses.org/1146.
Le tweet original du 8 mars 2019

You may also like...

1 Response

  1. Michèle says:

    Analyse pertinente et très intéressante.
    J’avoue ne pas avoir remarqué les représentations inconscientes induites par le masculin générique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search