Genre, êtres humains et masculin générique — Ou pourquoi, en allemand “QUI dort dîne” n’est pas si anodin

Image by naeim a from Pixabay

Hein, quoi ? Wer (qui), en allemand, est un masculin générique ? Heu… Dans ce bref article, je vous explique comment et pourquoi.

Si vous êtes intéressé·e par quelques réflexions sur le français, allez lire cet article !

Le pronom allemand wer, comme le français qui, peut être interrogatif (Wer ist das? “Qui est-ce ?”) ou indéfini (comme dans les proverbes ou tournures généralisantes : Wer interessieren will, muss provozieren, “Qui veut intéresser doit provoquer”, attribué à Salvador Dali).

Bon là vous allez me dire que vous voyez pas trop le problème, parce que qui en français ne renvoie pas spécifiquement à des personnes de genre masculin. D’ailleurs, dans ce emploi indéfini, le wer allemand peut aussi être traduit par quiconque. Sauf que…

Dans wer en allemand, il y a -er (ça s’appelle un morphème, la plus petite unité de sens en linguistique, pour les fans de terminologie). Er -er, c’est comme… le pronom personnel er, qui veut dire il. C’est un peu comme celui en français, on y reconnaît lui (ce-lui).

La plupart des grammaires traditionnelles de l’allemand disent que wer est neutre et ne voient pas le problème. C’est une linguiste, Karin Pittner, qui a montré dans deux articles de 1996 et 1998 que si, ça pose problème.

En fait, c’est dans le cas où l’on reprend le pronom wer anaphoriquement que c’est le plus visible. Là ça devient un peu plus technique mais promis, je traduis tout de suite.

Ex. WER seine Gebühr nicht bezahlt hat, 
DER erhält nach 2 Wochen eine Mahnung.

>> QUICONQUE / TOUTE PERSONNE n’ayant pas payé sa cotisation, 
*IL / ELLE recevra un rappel au bout de 2 semaines.

En français, reprendre qui(conque) par il ou toute personne par elle n’est pas possible grammaticalement (c’est pour ça qu’il y a une petite astérisque devant). Mais en allemand, c’est tout à fait envisageable… et c’est là que le bât blesse. Car cette reprise n’est possible qu’avec der, où l’on reconnaît…

… le fameux morphème MASCULIN -er !

Ce qui donne lieu à des contorsions improbables quand le référent de wer, c’est-à-dire la personne à qui qui(conque) renvoie est une femme…

Ex. WER schwanger ist, DER/*DIE kommt hierher.

>> QUI est enceinte, IL/*ELLE doit venir ici.

L’astérisque indique ici qu’en allemand, la reprise anaphorique avec le die, qui porte les marque du féminin (plutôt logique quand on parle d’une personne enceinte), est considérée par la plupart des locutrices et locuteurs comme inacceptable grammaticalement.

Mais ce n’est pas fini ! En allemand, les pronoms possessifs encodent le genre de la personne (comme en anglais avec his/her, qui rend aujourd’hui à être remplacé par their).

Pittner donne un exemple que je n’aime pas trop car je pense qu’un homme peut tout autant utiliser un rouge à lèvres, mais enfin, ce sont les années 90 :

Ex. WER hat SEINEN Lippenstift vergessen?

>> QUI a oublié SON rouge à lèvres (appartenant à un homme) ?

Mais…

Ex. WER hat ?IHREN Lippenstift vergessen?

>> QUI a oublié SON rouge à lèvres (appartenant à une femme) ?  

Le point d’interrogation indique que la deuxième variante peut sembler bizarre pour les locuteurs/-trices. NB : Ici, wer est pronom interrogatif.

Pittner finit par proposer un nouveau tableau afin d’éviter wer (qui) comme un pronom générique alors qu’il porte les marques du masculin (-er) :

J’ai l’impression que ça n’a pas vraiment pris pour la reprise anaphorique de wer, peut-être en partie à cause de tous les proverbes (du type « Qui dort dîne ») qui sont des formes stabilisées, mais aussi parce que wie, qui fonctionnerait sur le modèle de l’article défini féminin die, avec -ie comme morphème féminin, veut aussi dire comment ou comme.

Par contre, là où ça a plutôt bien marché, c’est pour jemand (quelqu’un·e), qui donne lieu à deux possibilités pour les relatives en quelqu’un·e qui :

  • jemand, DER… : personne s’identifiant / étant identifiée comme étant de genre masculin
  • jemand, DIE... : personne s’identifiant / étant identifiée comme étant de genre féminin

Et comme l’un des indices reste, comme dans d’autres communautés linguistiques, l’intégration dans le dictionnaire, on voit que le dictionnaire de référence le Duden reconnaît les deux formes !

Et un dernier exemple pour la route :

Ex. SIE ist jemand, DER/DIE nicht so schnell aufgibt.

>> ELLE est quelqu’une QUI [version féminine aussi acceptée] 
n’abandonne pas facilement.

Références citées

Pittner, Karin. 1996. Zur morphologischen Defektivität des Pronomens wer. Deutsch als Fremdsprache 33 (2). 73–77.

Pittner, Karin. 1998. Genus, Sexus und das Pronomen wer. In Robert J. Pittner & Karin Pittner (eds.), Beiträge zu Sprache und Sprachen, vol. 2, 153–162. Munich: lincom europa.

Cite this article as: Naomi Truan, "Genre, êtres humains et masculin générique — Ou pourquoi, en allemand “QUI dort dîne” n’est pas si anodin," in Ici et là, 24/04/2020, https://icietla.hypotheses.org/1489.

You may also like...

1 Response

  1. Nina Bach says:

    Was für ein spannender Artikel, ich habe nicht alles verstanden, weil mein Französisch ziemlich rostig ist, aber ich fand den Blick auf das Thema aus der Perspektive außerhalb des Deutschen ganz arg interessant!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search