Cotutelle entre la France et l’Allemagne — Réponses à quelques questions avant de se lancer

Image by Oli Götting from Pixabay

Je reçois régulièrement des questions sur la cotutelle entre la France et l’Allemagne ou sur les débuts de thèse.

Dans ce poste, je partage quelques ressources et réponses aux questions qui me sont fréquemment posées.

Quelques détails sur mon parcours/profil d’entrée de jeu car il peut y avoir des différences disciplinaires : j’ai fait une thèse en linguistique sur l’allemand, le français et l’anglais en cotutelle : Freie Universität Berlin / Sorbonne Université à Paris. Je parlais déjà très bien l’allemand (j’ai fait des études germaniques) donc c’est aussi un critère à prendre en compte pour vous pour les dossiers de bourse (au sens où mon expérience n’est pas forcément généralisable).

Une personne m’a soumis il y a quelque mois des questions précises qui, je trouve, constituent une bonne base de discussion : 

  • Est-ce que tu penses qu’il faille d’abord entrer en contact avec les potentielles directrices de recherche et trouver ensuite des financements, ou est-ce que c’est mieux de réfléchir selon les universités ?

De mon expérience, il vaut mieux chercher des directrices de recherche (DR), qui sont centrales dans la constitution du dossier de thèse puisqu’il faudra leur signature tout le temps (inscription en thèse, lettres de recommandation, etc.). Il n’est pas nécessaire que les DR se connaissent au préalable (certaines peuvent être ravies que la thèse donne lieu à une collaboration !) mais il peut être recommandé d’établir un premier contact (en France ou en Allemagne) puis de solliciter une deuxième personne sur recommandation de la première DR et/ou de lui suggérer des noms et de lui demander son avis avant de contacter une potentielle DR plutôt que de mener la double recherche en parallèle.

En outre, je pense qu’on surestime le prestige de certaines universités (facile à dire quand on a été entre la Sorbonne et la Freie Universität, vous allez me dire, mais je le pense vraiment et on peut volontiers en discuter, sur ce blog ou ailleurs). Réfléchir aux critères qui comptent pour vous pour choisir sa DR est également essentiel mais comme ça dépend beaucoup du style de direction qui vous convient (suivi régulier ou plus relâché, intégration dans des projets de recherche existants ou besoin d’autonomie, etc.), je pense qu’il vaut mieux échanger de vive voix.

  • Est-ce qu’il faut que mon sujet soit « prêt à l’emploi », donc mieux défini, avant de contacter ces personnes potentielles ?

Mmh, je ne pense pas. En fait, avoir une idée et une hypothèse de recherche me semble suffisant en début de thèse (avant même l’inscription, encore plus). Il faudra pouvoir écrire environ 10-15 pages de projet de thèse (Exposé) pour l’inscription et/ou toute candidature, cela dit.

En Allemagne, il est possible d’avoir un poste de wissenschaftliche Mitarbeiterin (cf. ci-dessous sur les possibilités de financement) avant d’avoir défini son sujet. Le projet de thèse est alors rédigé au cours des deux premières années. Pour la candidature aux contrats doctoraux en France, néanmoins, il faut avoir déjà ficelé un projet.

  • Est-ce que pour faire une thèse en Allemagne il faut parler un allemand impeccable ?
  • ou encore : Dans quelle langue rédiger ma thèse ?

Il n’est absolument nécessaire de parler couramment l’autre langue, même si je pense que cela peut fortement varier en fonction des disciplines. Toutes les personnes francophones que je connais en cotutelle ont rédigé en français (avec une DR en Allemagne qui lisait le français) et j’ai écrit en anglais (par choix).

Le problème, en fait, c’est plutôt… la France. Avec la loi Toubon, toute thèse en France doit être écrite en français, mais les cotutelles permettent de contourner le problème. Dans les Promotionsordnungen des facs allemandes, il est fréquent que l’anglais soit cité dans les langues possibles, le français aussi, donc ça ne demande souvent aucun aménagement.

  • Quelles possibilités de financement existent ?

contrats doctoraux français (candidatures au printemps pour un début au 1er sept / 1er oct) pour une durée de 3 ans (non renouvelables sauf exception)
contrat de wissenschaftliche Mitarbeiterin en Allemagne, normalement de 6 ans, presque toujours avec charge d’enseignement (1 ou 2 cours / semaine) et tâches administratives auprès de la chaire de la professeure qui nous recrute, sauf si le poste est à pourvoir dans le cadre d’un projet tiers (par exemple, de la DFG = Deutsche Forschungsgemeinschaft)
bourses franco-allemandes : DAAD, CIERA, UFA (plutôt en complément d’une source de revenus principale, par exemple pour financer les frais liés à la mobilité, car même la généreuse bourse de cotutelle duu DAAD est prévue pour 18 mois seulement)
toutes les fondations allemandes (je pourrais vous donner plusieurs noms, ça dépend des profils), en vrac : Elsa-Neumann-Stipendium, Stipendium des Abgeordentenhauses Berlin, Alfred-Töpfer-Stiftung, toutes les fondations politiques (Heinrich Böll, Rosa-Luxembourg, Friedrich-Ebert), bourses des journaux (Zeit, Fazit-Stiftung)

J’a fait partie de l’association franco-allemande pour jeunes chercheuses GIRAF et ai été associée au Centre Marc Bloch, un centre franco-allemand de recherche en sciences humaines et sociales à Berlin (ce sont également des possibilités de financement). Mais ce que GIRAF offre avant tout, ce sont des échanges informels et une liste de diffusion où sont postées des annonces de financement et où vous pouvez poser vos questions.

  • Est-ce que les financements te permettent vraiment de vivre ou est-ce qu’il faut trouver un mi-temps à côté ?

Normalement, les financements de thèse principaux doivent permettre de se consacrer à plein temps à la recherche, mais cela peut être juste (1100€ / mois pour la plupart des fondations, souvent contrat à seulement 65% pour un poste de wissenschaftliche Mitarbeiterin en Allemagne).

  • Est-ce qu’il faut systématiquement être chargée de TD ou de cours pour obtenir un financement ?

Non, pas du tout, on peut obtenir un contrat doctoral sans mission complémentaire (d’enseignement), ou une bourse française ou allemande (et dans ce cas pas d’enseignement obligatoire non plus). 

Dans le cadre d’une cotutelle, si votre contrat comprend une charge d’enseignement, il est fréquent que les UFR (en France) ou les Institute (en Allemagne) permettent de regrouper ses charges de cours sur un semestre avant de permettre la mobilité dans l’autre pays. Il faut demander à votre DR ce qui est envisageable en fonction des besoins d’enseignement locaux et de votre contrat.

Bon courage à toutes les futures doctorantes ! (Ce texte est rédigé au féminin générique. Pourquoi ? Lire ici).

Cite this article as: Naomi Truan, "Cotutelle entre la France et l’Allemagne — Réponses à quelques questions avant de se lancer," in Ici et là, 18/11/2020, https://icietla.hypotheses.org/2051.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search