Aujourd’hui ou demain, qu’est-ce que ça change ?

Image by Pexels on Pixabay

Certains jours, écrire coule de source. D’autres, écrire est un calvaire. Mais alors, quels sont les paramètres qui entrent en jeu dans l’écriture et comment trouver “son” moment pour être dedans ?

Dans ce troisième billet d’une série consacrée à l’écriture comme pratique créative, j’aborde la question d’un moment “idéal” pour écrire et me demande ce que procrastiner veut vraiment dire.

Il me semble qu’on ne prend vraiment pas assez en compte les différents paramètres physiques et émotionnels qui ancrent nos pratiques d’écriture comme actes créatifs. 

Y-a-t-il un moment “idéal” pour écrire, qui serait propre à chacun·e ? Doit-on essayer à tout prix de trouver ce moment parfait ?

Il y a toute une littérature autour de l’idée que chacun·e aurait un moment récurrent de la journée durant lequel tout semble aller de soi, comme des power hours à cultiver et protéger. Mais je crois que c’est en partie une illusion.

Le principe, donc, c’est que nous aurions tou·te·s un moment pendant lequel nous sommes plus créatifs/-ves et plus aptes à nous concentrer. Déterminez quel est ce moment. Ensuite, évitez de prendre des rendez-vous à ce moment-là et intégrez ces blocs d’écriture dans votre routine quotidienne — pas d’e-mails, pas de réunions, pas de correction de copies à ce moment-là. Faites de l’écriture une priorité pendant ces quelques heures quotidiennes ooù vous êtes réveillé·e (oui, vaut mieux), plein·e d’énergie, motivé·e.

Mais… ça ne marche pas pour moi. Mais alors, pas du tout. Je suis plutôt une lève-tôt et j’aime me réveiller entre 6 et 7h30 (au printemps et en été…). Ensuite, je suis généralement de bonne humeur et prête à écrire pendant la journée, généralement avant 17 heures. Cependant, comme vous pouvez l’imaginer, je n’écris pas 9 heures par jour, et il y a de grandes variations.

Alors, quand est-ce que j’écris ? Quand est-ce que j’écris vraiment, régulièrement ? Je n’ai pas d’horaire précis sur une base quotidienne. (Je m’en porte bien et je réalise encore pas mal de choses, merci.) J’ai des plans mensuels, parfois divisés en semaines (parfois !).

Cette flexibilité fait des merveilles pour moi (bien que je comprenne parfaitement qu’elle puisse ne pas convenir aux personnes qui ont besoin de routine ou qui sont sujettes à l’anxiété, par exemple) : J’écris en fonction de mes projets et non pas “juste pour écrire”. De même, dans mon journal, je peux passer des semaines sans écrire, puis écrire plusieurs fois par jour.

Un conseil très courant (et sûrement utile) est de décomposer votre travail en objectifs SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, pertinents et opportuns). Je n’ai jamais été capable de le faire, car le fait d’imaginer toutes les petites étapes menant à la pièce finale me déprime ; elles sont trop nombreuses. Je préfère commencer, peu importe comment, et avancer à partir de là. Cela ne vous convaincra probablement pas, mais c’est ce que je ressens, et là encore, le point central de mon expérience d’écriture a été d’accepter que c’est ainsi que je travaille.

Pendant longtemps, je me suis sentie coupable, et parfois même honteuse, de ne pas être capable de mettre en pratique certaines de ces astuces — pourtant si faciles : écris de 8h à 10h tous les jours, enfin !

Ce n’est qu’une fois que j’ai accepté la partie désordonnée, émotionnelle et effrayante de mon écriture que j’ai pu me reconnecter à la raison pour laquelle écrire compte pour moi. Et c’est comme ça, aussi, que j’ai enfin compris que ne pas (arriver à) écrire ne veut PAS dire que je procrastine.

Ce qu’on appelle la “procrastination” est-il toujours du temps perdu ? Ou est-ce le temps qu’il faut pour se préparer à écrire ? 

Il y a quelques mois, j’écrivais (en anglais) ceci : Presque tous les jours, quelle que soit l’heure à laquelle je me suis réveillée, quel que soit mon niveau d’énergie, j’ai besoin d’un certain temps (jusqu’à une heure, mais je ne le chronomètre jamais) pour me mettre en mode écriture. Je renomme quelques fichiers, organise ma base de données bibliograohiques, bois deux cafés, lis quelques phrases d’autres personnes pour habiter un monde d’écriture dans la langue dans laquelle je vais écrire pendant l’heure suivante.

Ensuite, je suis prête.

Il m’a fallu sept ans (!) pour comprendre que cette phase de préparation n’est pas de la procrastination, mais le temps dont j’ai besoin pour traiter la simple idée d’écrire. C’est notamment ce que je décris autour de l’idée “Eat that frog.” que je décris en anglais ici.

Cela dit… comme souvent chez moi — et c’est à mon avis la clef : accepter que tout change —, ces dernières semaines, je connais une phase très matinale où je me réveille vers 5h et suis prête à écrire directement, dans la maison endormie, encore embrumée de la nuit, avant même que le soleil ne se lève. J’écris presque immédiatement, alors que la cafetière italienne ne siffle pas encore, et presque sans pause pendant 2 à 3 heures. Quand je m’arrête, c’est pour faire 45 minutes de cardio (!).

C’est nouveau, et je ne ne me connaissais pas de phases aussi intenses d’écriture depuis aussi longtemps. C’est seulement pendant la journée que je procrastine vraiment, par exemple ici, sur le blog 😉 C’est comme si m’être sentie autant en état de flow pendant ces quelques heures au creux du jour me donnait la permission d’avoir fini ma journée de travail à 8h.

Mais c’est aussi sans doute parce qu’il est impossible de maintenir un tel niveau de concentration des heures durant. En ce sens, la procrastination peut aussi tout simplement vouloir dire : “Tu en as fait assez pour aujourd’hui.” Depuis que j’ai reconnu ça, je n’hésite plus à prendre l’après-midi de libre si j’ai beaucoup écrit le matin. Je planifie très large et si ma to-do-list de la journée est accomplie (de la journée ! pas de la semaine !), au lieu de prendre de l’avance, je prends ma demi-journée 🙂

Pour le dernier billet sur “cultiver sa pratique d’écriture : ressources contre (l’angoisse de) la page blanche”, c’est par ici.

Cite this article as: Naomi Truan, "Aujourd’hui ou demain, qu’est-ce que ça change ?," in Ici et là, 12/05/2021, https://icietla.hypotheses.org/2382.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search