Écrire, un état des lieux

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur l’écriture comme pratique créative.

Comme je suis de plus en plus convaincue qu’identifier et rendre transparent d’où l’on parle est la condition sine qua non d’une recherche ancrée et située, je commence par quelques éléments biographiques. Pour rentrer dans le vif du sujet (les principales difficultés rencontrées dans le processus d’écriture), déroulez 🙂

Écrire… pratiques situées, multilingues, désordonnées

Je suis actuellement enseignante et chercheuse en linguistique à l’université de Leipzig. Dans ma formation en France (classes préparatoires littéraires, Normale Sup’ et agrégation d’allemand), l’écrit universitaire, mais aussi la tradition des belles lettres et la traduction, le passage entre les langues, ont joué un rôle central.

Je n’ai jamais perçu les contraintes universitaires comme un carcan dans le processus d’écriture, mais j’ai aussi appris à écrire dans une forme d’urgence quotidienne, notamment lorsque je rédigeais les revues de presse au service de presse de l’ambassade de France à Berlin puis des discours et réponses aux questions des citoyen·ne·s lors d’un passage dans le bureau d’une députée au Bundestag.

J’ai longtemps eu, malgré moi, une vision très normative non pas du processus d’écriture, mais de la langue, et je me suis souvent sentie illégitime à écrire dans des langues autres que “la mienne” (comprendre la langue parlée dans l’enfance, le français). J’ai déconstruit tout ça peu à peu, pendant la thèse, lorsque j’ai choisi de rédiger en anglais et ai peu à peu trouvé ma voix/voie.

Aujourd’hui, en tant que linguiste (pronom : elle), je m’intéresse aux sujets qui se situent à l’intersection de la langue et de la société et j’écris beaucoup, tous les jours en trois langues sans exception (français, allemand, anglais) : des livres, des articles scientifiques, des supports de cours, des billets de blog, des poèmes (le plus souvent non publiés, parfois sur Instagram), des mails, des tweets, des messages WhatsApp, Telegram ou Signal, des to-do lists, des réflexions accompagnées de collages et photographies…

Comme vous le voyez, j’ai une conception très large de ce qu’écrire veut dire 🙂

Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans le processus d’écriture ?

Je dirais que nos difficultés à écrire relèvent en général de trois champs : 
1) interrogations de nature scientifique / contenu académique ;
2) organisation de notre travail (tant au quotidien qu’à l’année) ;
3) gestion de notre bien-être personnel et émotionnel.

Ce n’est qu’en dénouant nos angoisses entremêlées et nos anxiétés souvent émotionnelles s’abritant derrière des prétextes scientifiques (“je n’ai pas assez lu”, “je n’ai pas collecté assez de données”) qu’il me semble possible de (ré)apprendre à (aimer) écrire.

1) Interrogations de nature scientifique / contenu académique

Concernant le point 1, comme nous travaillons tou·te·s sur des thématiques différentes, je crois que c’est à chacun·e de se poser des questions du type : 

  • Est-ce que je n’ai vraiment pas assez lu / fait de recherches pour écrire ce texte ou est-ce que je repousse le moment de m’y mettre ?
  • Est-ce qu’échanger avec personne X sur ce sujet avant de me mettre à écrire m’est vraiment utile ou est-ce que je cherche à me rassurer en collectant beaucoup trop d’avis (peut-être même contradictoires) ?

Mais je pense aussi que quelques éléments de réponse partiellement quantifiés peuvent être utiles, notamment lorsque l’on est au début d’un processus de recherche : Quand est-ce que je sais que j’ai fait une synthèse de la littérature / un état de l’art (toujours partiel et partial, mais un bon début) ? Je continue ici.

2) Organisation de mon travail et gestion de mon bien-être personnel et émotionnel

Sur les points 2 et 3, je propose qu’on explore ensemble (écrivez-moi) ! Quelques unes des difficultés que je rencontre sont :

À ces questions et à d’autres, je réponds notamment dans les liens cités dans ce billet de blog, mais aussi dans le prochain billet sur nos pratiques de lecture (comme procrastination active ?).

Cite this article as: Naomi Truan, "Écrire, un état des lieux," in Ici et là, 07/05/2021, https://icietla.hypotheses.org/2504.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search