Cultiver sa pratique d’écriture : ressources contre (l’angoisse de) la page blanche

Image de mozlase__ / 12 Bilder sur Pixabay
Image de mozlase__ / 12 Bilder sur Pixabay

Dans ce dernier billet de la série sur l’écriture comme pratique créative, je montre, à partir d’un conseil que l’on lit partout, que cela ne marche pas pour moi et qu’écrire nécessite de se confronter à soi-même…

… puis je renvoie à une foule de ressources organisationnelles et émotionnelles de pratiques à tester pour les jours où rien ne va 🙂

On dit souvent qu’il faut toujours commencer par l’introduction. Qu’en penses-tu ?

La première chose qui me frappe dans ce conseil, c’est son caractère normatif (“il faut”) et péremptoire (“toujours”). Ça ressemble à un conseil pour bacheliè·re·s attaquant leur dissert de philo. Déjà à l’époque, je n’ai jamais compris comment on était censé·e·s ne pas commencer par l’introduction, ne serait-ce que pour des raisons pratiques : comment savoir combien de places laisser dans les copies rédigées à la main ?

Mais dans l’écriture universitaire aussi, on rencontre très souvent ce conseil formulé comme incontournable : NE COMMENCE PAS PAR L’INTRODUCTION.

[Une traduction possible : Coach pour doctorant·e·s qui écrit. NE COMMENCEZ PAS PAR L’INTRO. L’intro est le sommet de la tour Jenga, et si elle n’est pas parfaitement alignée, la tour va tomber. Commencez par votre théorie/cadre théorique. Il régit tout le reste de votre conception de la recherche ; vous ne pouvez pas avancer sans lui.]

Une façon plus appropriée de formuler cela pourrait être : “Si vous commencez par l’introduction, soyez prêt·e à la réécrire”. J’arrive parfois à écrire de but en blanc — la méthodologie, le cadre théorique, la partie empirique. Mais le plus souvent, j’ai besoin de mon argument central et de ma structure pour commencer — des éléments, pour moi, qui prennent vie lors de l’écriture de l’introduction.

Ce que j’aime aussi dans les introductions, c’est qu’elles doivent susciter l’intérêt du lecteur ou de la lectrice en présentant une anecdote, une nouvelle façon de penser, un fait aléatoire que personne n’avait observé auparavant… et le fait d’écrire cela m’aide à comprendre pourquoi ce texte a une signification pour moi et pourquoi il m’enthousiasme. Je commence donc par les introductions.

Mais l’idée ici n’est pas de donner des conseils valables pour tou·te·s — et cela peut être très frustrant. Pour moi, au-delà de l’introduction, le cœur est d’apprendre à trouver ce qui fonctionne pour soi à une période donnée, comme je l’explique ici. Bien sûr, cette démarche est plus difficile et moins populaire — cette démarche introspective peut nous mettre incroyablement mal à l’aise, et il n’existe pas de solution toute faite. Pourtant, à long terme, cela en vaut la peine. En fait, c’est peut-être même la seule solution.

Quels sont tes autres grands remèdes à l’angoisse de la page blanche ? Tes conseils pour réussir à écrire ?

Vous l’aurez compris, mon message principal est que chacun·e doit trouver ce qui marche pour elle ou lui dans sa pratique quotidienne, tout en acceptant que ce qui semblait avoir toujours fonctionné jusqu’à présent puisse ne plus fonctionner, parfois d’un coup.

Mais au-delà de ça, il y a plusieurs choses qui marchent vraiment bien pour moi :

  • consacrer beaucoup de temps à la planification et la réflexion, en acceptant que ces phases accompagnent et structurent ma pratique d’écriture (ce n’est pas, pour moi, du “temps perdu”) ;
  • décider au préalable ce sur quoi je vais travailler, notamment en adoptant le système du time blocking que je décris ici (cela réduit la charge cognitive qui revient à décider ce qu’il y a à faire car on sait que de 10 à 12h, c’est le paragraphe X de tel texte que l’on rédigera) ;
  • si nécessaire, réduire les gouffres de procrastination (les sites tentants), mais pas juste en les bloquant, mais en introduisant un délai, par exemple de 30 secondes (souvent assez pour me faire passer l’envie car 30 secondes, c’est long en fait — cf. Freedom) ;
  • structurer mes promenades en différenciant entre balades inspirantes, reposantes, créatives, sociales, comme je le décris par exemple dans ce billet de blog ;
  • pour les jours où ça ne prend pas, piocher parmi ces idées à mettre en place en 5 minutes, 30 minutes, ou une demi-journée, ou présentées en fonction de ce qui coince ici ;
  • expérimenter autour de petites pratiques quotidiennes qui rendent la vie plus colorée (22 idées à piocher ici)…

En espérant que ce pêle-mêle d’idées vous inspirera si vous tombez un jour sur cette page après avoir googlé, dans un moment d’intense désespoir, “que faire quand on n’arrive pas à écrire ?” 🙂

Cite this article as: Naomi Truan, "Cultiver sa pratique d’écriture : ressources contre (l’angoisse de) la page blanche," in Ici et là, 28/05/2021, https://icietla.hypotheses.org/2637.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search