Quand ai-je assez lu ?

Image de Ahmad Ardity sur Pixabay

Ce billet répond à la question en apparence banale mais très épineuse : Quand ai-je assez lu ? Ou, formulé autrement : comment sais-je que je peux arrêter de lire et me mettre à écrire ?

Tout d’abord, un point essentiel : la phase de lecture n’est pas clairement séparée de la phase de réflexion, d’analyse ou de rédaction ; après la phase de lectures exploratoires, on recommence avec de nouvelles lectures, une fois le corpus et la question de recherche affinés. C’est donc un va-et-vient permanent et non, comme les étudiant·e·s le pensent souvent, une première phase qui peut être conclue après la lecture de X livres et Y articles.

D’ailleurs, quand on travaille empiriquement, comme c’est mon cas, la lecture et la collecte de données peuvent également se faire en parallèle, sans qu’une phase de lecture clairement séparée du reste soit identifiable.

Ceci étant dit, je pense aussi que quelques éléments de réponse partiellement quantifiés peuvent être utiles, notamment lorsque l’on est au début d’un processus de recherche : Quand est-ce que je sais que j’ai fait une synthèse de la littérature / un état de l’art (toujours partiel et partial, mais un bon début) ?

Par où commencer l’état de la recherche ?

Ne commencez pas nécessairement par les classiques et les grandes monographies ! On croit parfois, à tort, qu’il faut commencer par la théorie “ayant fait date”, là où la lecture d’études empiriques s’étant débattues avec les textes canoniques et ayant déjà entamé avoir un travail de sélection et de critique est au contraire essentielle pour lire des textes marquants pour une discipline.

Un point d’entrée peut être de regarder les articles récents (publiés il y a 2 ou 3 ans), car la littérature à ce sujet a déjà été examinée :

  • Qu’est-ce qui a déjà été réglé, au sens qu’est-ce qui semble aujourd’hui faire consensus dans le champ, quelles grandes écoles ou courants théoriques apparaissent, quels concepts semblent ne plus faire débat (ce n’est jamais entièrement le cas, mais il y a quand même de grands mouvements — des générations de chercheur·e·s — et certaines questions ne sont plus posées, ou plus selon les mêmes termes) ?
  • Qu’est-ce qui n’est plus pertinent aujourd’hui (permet d’éliminer des publications plus anciennes qui n’ont pas été reçues, même si l’absence de citations ne signifie pas, en soi, que ces publications ne soient pas intéressantes) ?
  • Quelle est la réception, notamment des textes perçus comme des classiques, aujourd’hui ?

Lire des articles de synthèse (méta-articles) ou des bibliographies annotées sur le sujet ou des sujets similaires permet également de voir quelles sont les études actuelles et comment celles-ci sont articulées / réinterprétées / organisées selon de grands courants, etc.

Orientations (quantitatives) tirées d’autres textes

  • Combien de place l’état de l’art prend-il dans les articles que je lis, par exemple, 20 % du papier pour la théorie, combien de pages ?
  • Si le mémoire que je dois écrire fait 50 ou 100 pages, qu’est-ce que cela me dit du nombre de références que je dois non pas avoir lu (c’est toujours plus), mais citer dans mon travail ?

Expliquer à haute voix, d’abord pour soi, en s’enregistrant, puis devant quelqu’un·e d’autre en 3 minutes

  • Est-ce que je comprends mon sujet ?
  • À quel moment mes explications faiblissent-elles ?
  • Quand est-ce que ma voix s’éteint, quand est-ce que je perds le fil ?

Cela permet d’identifier les points de blocage, de décomposer exactement j’ai besoin d’être nourri·e dans ma réflexion. De nouvelles lectures peuvent être nécessaires si j’ai l’impression par exemple qu’un concept ou une méthodologie en particulier ne sont pas clairs, sans que cela ne signifie qu’on n’a rien compris à son sujet (coucou syndrôme de l’imposteur·e).

Quand les références citées sont-elles toujours les mêmes, quand cela devient-il répétitif ?

Lire 5-10 essais des dernières années (par exemple, en 2021, à l’heure où j’écris, remonter à 2017-2019) et se demander :

  • Quand les références bibliographiques se répètent-elles ?
  • Les mêmes auteur·e·s sont-iels cité·e·s à maintes reprises ?

Quand je rencontre les mêmes références ou les mêmes noms, cela suggère que j’ai déjà lu les principaux textes autour de mon sujet, à condition bien sûr que j’en aie défini les termes correctement.

J’ai écrit ce billet de blog un vendredi soir alors que je rassemblais mes notes suite à un atelier d’écriture organisé pour mes étudiant·e·s de licence et master dans le cadre de ma pratique d’encadrement de mémoires en Allemagne. Je me réjouis de tout retour, d’autant plus si dans l’échange interdisciplinaire, certaines des suggestions ici formulées ne semblent pas tenables dans d’autres champs (je suis linguiste).

Cite this article as: Naomi Truan, "Quand ai-je assez lu ?," in Ici et là, 28/05/2021, https://icietla.hypotheses.org/2650.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search