Ecrire en anglais dans le franco-allemand : réticences, partis pris et compromis

Spoiler (ouh le vilain anglicisme !) : ce billet n’est PAS une apologie de l’anglais scientifique. Alors, vous continuez ?

Mon premier billet est consacré à une question épineuse, qui ne manque de faire débat à chaque fois qu’elle est abordée : celle de l’écriture scientifique en anglais. Dans le cadre franco-allemand dans lequel j’évolue en particulier, écrire en anglais suscite des réactions parfois désemparées (pourquoi choisir une langue tierce lorsque l’on a déjà le français et l’allemand à sa disposition ?), parfois franchement hostiles (pourquoi mettre en danger l’allemand et le français en choisissant obstinément la « langue de la domination » ?). C’est à ces arguments, que j’entends et respecte, que ce billet vise à apporter des éléments de réponse partiels, partiaux, et volontairement subjectifs.

Quelques détails contextuels pour commencer : j’effectue ma thèse en cotutelle entre l’université Paris-Sorbonne et la Freie Universität Berlin. En France, je suis inscrite en linguistique allemande ; en Allemagne, en linguistique anglaise. Double profil, croisements, métissages : en soi déjà une revendication – celle, consciente, de vouloir bénéficier de deux cultures scientifiques à parts égales, mais aussi peut-être celle, moins avouée (car trop ambitieuse ?), de vouloir dépasser les clivages disciplinaires [1] et faire communiquer des auteur·e·s parfois inconnu·e·s l’un·e pour l’autre.

J’ai certes un parcours de germaniste (je suis agrégée d’allemand), mais j’ai écrit, au cours de mon master de recherche, deux mémoires en linguistique comparée (anglais/allemand), à chaque fois en co-direction. Aujourd’hui, dans le cadre de ma thèse, je travaille sur trois langues et trois cultures discursives : j’étudie des débats parlementaires sur l’Europe en Allemagne, en France et au Royaume-Uni entre 1998 et 2015. Ce préambule est loin d’être anecdotique : puisque j’examine à parts égales les parlements français, allemand et britannique, il n’y a aucune évidence à que j’écrive en français plutôt qu’en anglais, en allemand plutôt qu’en français.

Aucune évidence, certes, mais enfin, disons-le : j’écris ma thèse en anglais. Et c’est d’ailleurs alors que je viens d’entamer la rédaction que j’ai ressenti le besoin d’ouvrir ce carnet de recherches en français. « Ah ! Voilà ! » s’écriront certain·e·s, « Tu vois ! Tu vois bien que le français t’est plus naturel ! ». Tropisme de la langue maternelle, illusion de maîtrise, du mot juste. Et si le français m’était, justement, trop naturel ? Il y a là un paradoxe que je peine souvent à expliquer : il m’est parfois plus aisé de rédiger en anglais, la langue dans laquelle je suis la moins à l’aise, qu’en français ou en allemand. Ecrire dans une autre langue, c’est aussi penser dans une autre langue. C’est parce que l’anglais va moins de soi que je parviens à un décentrement, que l’écriture, débarrassée du superflu, touche à la justesse scientifique à laquelle j’aspire. C’est parce que je ne suis pas empêtrée de la tradition rhétorique des belles-lettres qui a essaimé ma formation en classes préparatoires, puis lors de l’agrégation, que je parviens à être conceptuellement mieux armée pour aborder une thèse de linguistique.

Attention ! Je ne cherche pas à dire qu’il est impossible d’écrire sans artifices dans sa langue maternelle ou que toute langue autre que l’anglais serait trop malléable pour se plier à l’écriture scientifique. J’ai d’ailleurs beaucoup écrit en français et en allemand et continuerai à le faire. Mais face à l’immensité que représente une première monographie, l’anglais m’est plus confortable. J’ai le luxe de pouvoir choisir : pourquoi m’en priver ?

L’anglais contribue également, c’est certain – et on peut légitimement le déplorer – à une plus grande visibilité des travaux scientifiques rédigés dans cette langue. Partant de ce constat, deux attitudes sont possibles : soit refuser à tout prix d’écrire en anglais, soit au contraire rebondir sur l’anglais – justement pour faire connaître des travaux français, par exemple. Si nombreux/-ses sont mes collègues en Allemagne n’ayant jamais entendu parler du concept d’énonciation ou de l’école française d’analyse du discours… Or ces outils, ces champs théoriques, ne sont-ils valables que pour le français ? Si l’on peut à juste titre estimer nécessaire de pouvoir lire une langue sur laquelle on travaille [2], un·e analyste du discours allemand·e n’a-t-il/elle pas tout intérêt à découvrir la pensée française une fois traduite et/ou expliquée en anglais ? L’un des enjeux de ma thèse est ainsi de jouer ce rôle de passeuse en articulant des traditions scientifiques parfois étrangement hermétiques les unes aux autres.

On pourra arguer que certains termes demeurent intraduisibles. Linguiste, je serais bien la plus mal placée pour me prévaloir du contraire ! Le matériau même de mon travail académique, la langue, qui peut aussi être langage ou parole, n’est qu’une en allemand : Sprache. Que faire dès lors de l’approche saussurienne ? On n’échappe pas aux malentendus ou aux maladresses, voire aux erreurs de traduction. Cela ne devrait pas empêcher de communiquer sur le français, les Français·e·s, la recherche française, dans une autre langue, y compris (voire d’autant plus) si celle-ci ne paraît pas à même de rendre compte du texte originel dans sa complexité.

Les contempteurs/-trices de l’anglais sont rarement hostiles au multilinguisme ou à la traduction. Ce qui est critiqué, bien plus que la langue étrangère en tant que telle, c’est justement la langue anglaise en tant qu’outil de domination. Il ne s’agit pas de nier les enjeux politiques sous-jacents à une promotion de l’anglais comme lingua franca. Je ne cherche d’ailleurs à convaincre personne du bien-fondé de l’écriture scientifique en anglais en général. Au cas par cas, cependant, il me semble que nous avons tout à gagner à adopter une attitude prudente mais ouverte vis-à-vis de l’anglais. Au lieu de systématiquement opposer l’anglais aux autres langues, prenons acte de la multiplicité des engagements et des besoins. Quand, comme c’est le cas dans ma thèse, l’anglais représente un tiers du corpus aux côtés de l’allemand ou le français et parfois jusqu’à la moitié de la bibliographie (car les germanophones publient très souvent en anglais), écrire un anglais me semble cohérent.

Cohérent. Ni une fin en soi, ni une trahison. Juste ce qui, à l’heure de la rédaction de ma thèse, m’apparaît comme une décision motivée et responsable.

[1] Une collègue et moi avons proposé une réflexion (en allemand) sur l’in(ter)disciplinarité pour les jeunes chercheur·e·s : http://trajectoires.revues.org/1833.

[2] Et encore, tout l’enjeu des gloses en linguistique est justement de rendre accessible des langues non parlées par les lecteurs/-trices, notamment dans une perspective typologique.

Cite this article as: Naomi, "Ecrire en anglais dans le franco-allemand : réticences, partis pris et compromis," in Ici et là, 08/06/2017, https://icietla.hypotheses.org/30.

4 réflexions sur « Ecrire en anglais dans le franco-allemand : réticences, partis pris et compromis »

  1. Top ! ça rejoint précisément un tas de questionnements et de défis qui se présentent à moi en ce moment, du fait de ma recherche, entre France et Allemagne, sur un terrain européen résolument multi- et transnational, où le globish est partout, la clarté nulle part. Rédigeant également ma thèse en anglais, au-delà de toutes les interrogations et remarques que tu exposes avec justesse, je suis confrontée à la difficulté qu’il y a, pour une francophone germaniste, linguiste et désormais anthropologue africaniste, non seulement à manier avec brio la langue de Shakespeare mais aussi à lui rendre justice, en ne cédant pas aux sirènes du globish susmentionné. D’autant que, dans mon sujet, c’est également un enjeu scientifique, puisqu’il faut bien dévoiler et déboulonner le jargon des acteurs étudiés et les illusions qu’ils charrient à le déployer dans toute sa force hypnotique. Bravo, en tout cas: belle initiative, heureux rendu ! Merci.

    • Merci Pauline pour ta remarque. Tu évoques un aspect que je n’ai effectivement pas abordé mais qui mérite aussi d’être évoqué : l’idée qu’en “succombant aux sirènes de l’anglais” pour reprendre une expression déjà entendue par les détracteurs/-trices de l’anglais scientifique, la qualité académique des publications en pâtit. Mais c’est, je crois, oublier que “l’anglais académique” n’existe pas en tant que tel : même pour les anglophones de naissance, il s’agit d’une langue apprise… tout comme nous avons formé nos esprits et notre écriture au français ou à l’allemand en contexte universitaire. Je ne nie pas qu’il soit plus difficile d’acquérir l’anglais académique lorsque ce n’est pas sa langue maternelle, mais je le vois aussi comme l’apprentissage d’un nouvel outil : durant ma thèse, je me suis formée aux statistiques (arg), à l’annotation et au code avec des langages qui il y a deux ans encore m’auraient fait frémir (XML, TEI, TXM ou encore LaTeX), mais aussi à l’anglais scientifique. Et tout comme m’initier à la linguistique de corpus a révolutionné mon objet de recherche, l’écriture en anglais a profondément modifié mon rapport au savoir.

  2. Hello !
    Bon pour peupler un peu ce nouveau blog et vite mais surtout parce que le sujet m’intéresse, je commente.
    C’est assez intéressant ce point de vue sur le décentrement et la rigueur apportée par l’utilisation d’une langue “moins naturelle” que les autres. Moi même n’étant parfaitement à l’aise qu’en français, balbutiant l’allemand (assez pour discuter en Allemagne, avec lenteurs, oublis et tout un tas de fautes grammaticales mais pas assez pour lire des articles/textes compliqués ou encore moins écrire), je n’avais jamais pensé ou imaginé ce pas franchi. La langue française reste le meilleur moyen d’exprimer justement ce que je ressens ou pense et n’ayant pas besoin de rédiger avec rigueur scientifique il est difficile de s’imaginer le cadre qu’une langue moins bien maîtrisée peut apporter.
    Par ailleurs certains acteurs des SHS s’acharnent actuellement à rendre interopérables et browsables (bouh un néologisme, lynchez-la!) via des interfaces et mots-clefs en différentes langues des articles dans plusieurs langues. Permettant ainsi d’établir des bibliographies à partir de bases plus riches (puisque regroupant des productions multilingues) et d’avoir accès à des productions étrangères ou en langues étrangères. L’aboutissement de cela est de rendre visible la production scientifique quelle que soit la langue dans laquelle elle est rédigée, mais la question de la lecture totale se pose toujours et actuellement en effet, l’anglais reste la langue accessible par le plus de lecteurs.

    • Merci beaucoup Charlotte pour ton commentaire. Je reconnais volontiers que tou·te·s ne peuvent pas se sentir à l’aise dans une langue étrangère et c’est pourquoi je pense qu’il est très différent d’avoir à écrire en anglais parce qu’il “le faut”, pour être/rester/devenir “compétitif/-ve” (un terme qui à mon sens n’a pas sa place dans l’enseignement supérieur et la recherche, ni dans l’enseignement tout court d’ailleurs) ou au contraire, comme c’est mon cas, par envie et par choix.

      Ce que tu décris par ailleurs quant à la recherche par mots-clefs me semble primordial car il s’agit là d’abord de rendre visible d’autres travaux scientifiques, suscitant peut-être de nouveaux besoins de traductions et de passeurs/-ses entre les langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.