Trucs et astuces pour postuler à une bourse Fulbright – Programme doctorant·e·s

Inspirée par le récent billet « Préparer une audition MCF en SHS : le vade-mecum de la candidate et du candidat » [1] que j’ai trouvé extrêmement utile et bienvenu alors que le monde académique devient toujours plus concurrentiel, j’ai eu envie à mon tour de partager mon expérience en tant que récente lauréate Fulbright. Mais un petit disclaimer (« clause de non-responsabilité » en français) avant de rentrer dans le vif du sujet : je n’ai toutefois qu’une expérience très limitée des candidatures Fulbright puisque j’ai eu la chance d’être sélectionnée dès ma première tentative. Les conseils que je présente ici ont été glanés au cours d’échanges informels avec des collègues ou collectés sur le web, sans que je puisse être assurée de ceux qui ont vraiment marché.

La Commission franco-américaine Fulbright n’a qu’une seule date de candidature par an, fin janvier. Il faut donc s’y prendre assez à l’avance pour ne pas risquer de manquer l’échéance pour l’année suivante. Je ne pars ainsi que début février 2018, mais j’ai dû compléter mon dossier jusqu’au 31 janvier 2017 car le départ est prévu au cours de l’année universitaire 2017-2018. Cela implique une grande capacité de projection et concrètement, si l’on veut absolument partir au cours de son doctorat, de s’y mettre dès la première année de thèse pour un départ en deuxième ou troisième année.

La première étape consiste à chercher un·e professeur·e sur place qui acceptera de vous accueillir (en général, sous réserve que vous receviez la bourse Fulbright). Il faut vous y prendre assez tôt (octobre/novembre) afin de parer aux nombreux courriels demeurés sans réponse et aux refus, parfois liés à des contraintes matérielles indépendantes de la qualité de votre projet (par exemple, semestre de recherche d’un·e professeur·e). Il vous faut donc déjà une idée précise de la période à laquelle vous souhaitez partir. Lors d’une réunion d’information organisée par la Commission franco-américaine Fulbright à l’automne, on nous avait conseillé de privilégier la cohérence d’une collaboration avec un·e professeur·e en particulier plutôt que la renommée d’une université. J’ai de mon côté eu la chance que le professeur que j’ai contacté soit déjà en lien avec mon laboratoire parisien et ait immédiatement accepté de m’accueillir comme chercheuse invitée aux dates où j’envisageais de me rendre aux Etats-Unis.

Le dossier à remplir en ligne, très long, peut paraître assez impressionnant, mais il s’agit somme toute uniquement de renseignements administratifs et professionnels à compléter en anglais. Au-delà du CV dans les deux langues, les pièces maîtresses du dossier sont les Research Objectives (5 pages) et le Personal Statement (5 pages). Il faut à mon sens commencer à les préparer un mois avant l’échéance, sans que cela signifie bien sûr que l’on y travaille tous les jours pendant un mois, mais de façon à pouvoir être relu·e par un·e locuteur/-trice de langue maternelle anglaise et afin de pouvoir intégrer les remarques de collègues sans travailler dans l’urgence. Il est également possible (mais non obligatoire) de joindre au dossier un article rédigé en anglais. Lors de la soumission du dossier, je n’avais qu’un article pré-accepté mais encore non publié, dont j’ai toutefois joint la version après un premier retour des éditeurs/-trices (mais sans accord final de la revue pour autant).

Comme le nom l’indique, les Research Objectives visent à évaluer la qualité scientifique de la thèse en lien avec le projet de départ aux Etats-Unis. Contrairement à d’autres organismes, il ne s’agit pas de présenter un projet de recherche dans l’absolu, mais bien de faire valoir l’intérêt de partir aux Etats-Unis en fonction de ses intérêts de recherche. En somme : pourquoi les Etats-Unis, pourquoi maintenant ? Pourquoi à cette étape des recherches doctorales (la Commission ne finance a priori pas de séjours consacrés seulement à des lectures en bibliothèque ou à la rédaction, donc pas en première ou en dernière année de thèse) ? Pourquoi ce·tte professeur·e en particulier ? Quelles autres synergies possibles avec d’autres membres de la communauté scientifique et avec d’autres départements aux Etats-Unis ? Après une brève présentation de ma thèse (une dizaine de lignes) pour un public interdisciplinaire (donc sans termes techniques), j’ai expliqué comment j’en étais venue à contacter mon professeur référent. Si les Research Objectives sont parsemés de références bibliographiques, je ne les ai pas pour autant conçus comme un document scientifique stricto sensu, mais ai plutôt initié une réflexion sur les cours auxquels je pourrais participer au département, les autres membres de la communauté scientifique avec lesquels j’aimerais entrer en contact, tout en présentant les expériences déjà acquises, en particulier lors de précédents séjours de recherche à l’étranger.

Le Personal Statement, quant à lui, reflète le parcours personnel et professionnel ayant conduit non seulement à vouloir partir aux Etats-Unis, mais aussi, peut-être, à vouloir s’inscrire en thèse. J’ai de mon côté choisi de prendre le titre de Personal Statement au pied de la lettre et d’être vraiment personnelle : j’ai fait part d’anecdotes liées à mon enfance et à ma passion des langues étrangères, de mon inquiétude quant à la réforme des classes bi-langues en France qui menace directement l’enseignement de l’allemand [2], de mon apprentissage du macédonien, la langue de mon compagnon, à l’INALCO depuis septembre 2016. Je n’ai toutefois pas mentionné ces événements par hasard, mais parce qu’ils me semblent, a posteriori, éclairer la jeune linguiste en devenir que je suis aujourd’hui – il s’agissait donc de retracer la cohérence d’un parcours. C’est aussi dans le Personal Statement que j’ai évoqué ma participation à des programmes internationaux et interculturels (pas seulement de recherche, mais aussi des stages professionnels). Par là même, j’ai tenté de montrer que mes expériences passées me rendaient capable de m’intégrer à un nouveau paysage académique, mais aussi à un nouveau pays, à une autre culture – ce sont des banalités, mais je ne souhaite pas partir aux Etats-Unis que pour l’amour de la recherche. Lors d’échanges avec d’ancien·ne·s lauréat·e·s, plusieurs m’avaient confié que l’on agit comme ambassadeur ou ambassadrice de son pays aux Etats-Unis ; il ne faut pas oublier que le programme Fulbright relève aussi d’enjeux diplomatiques et est en partie financé par les Ministères des Affaires étrangères…

La pré-sélection des dossiers donne ensuite lieu à une convocation à des entretiens à Paris. J’ai pour ma part reçu la convocation à peine une semaine avant la date de mon entretien ; il faut donc être plutôt flexible et être prêt·e à consacrer au moins deux ou trois jours à la préparation de l’entretien, notamment en étayant ses recherches de l’université où l’on s’apprête à effectuer un séjour de recherche quant aux dates (précises) des conférences auxquelles on aimerait postuler ou participer. Il s’agit de montrer que l’on profitera pleinement de son séjour de recherche aux Etats-Unis en s’intégrant non seulement dans sa nouvelle équipe de recherche, mais aussi au paysage scientifique américain en général – bref, montrer que l’on ne va pas chômer !

L’entretien dure vingt minutes et se déroule en français et en anglais devant un jury de cinq ou six personnes – des professeur·e·s des universités français·e·s, ancien·ne·s Alumnis et Alumnas à ce que j’ai pu comprendre. Dans mon cas, il me semble que leur expérience était très récente puisqu’ils et elles étaient lauréat·e·s de la promotion précédente. On découvre la composition du jury de sélection interdisciplinaire lors de l’arrivée dans les locaux de la Commission. Il est toutefois possible, si l’on a un peu d’avance, de faire une recherche rapide sur les membres du jury le jour même, juste avant son passage. Pour ma part, savoir qu’aucun·e des chercheur·e·s n’était linguiste ce jour-là a été déterminant dans les quelques minutes qui ont précédé l’entretien. Suite aux indications reçues lors de l’invitation à l’entretien, j’ai commencé par une présentation en anglais de deux à trois minutes, que j’avais entièrement rédigée avant l’entretien et apprise par cœur en m’étant chronométrée. Comme je m’en suis rendue compte lors de la discussion avec les membres du jury, l’enjeu du départ aux Etats-Unis est essentiel : il ne faut pas seulement avoir un sujet intéressant, mais pouvoir justifier de la nécessité absolue d’aller aux Etats-Unis (oui, je me répète).

Dans ce cadre, les membres du jury m’ont ainsi demandé à deux reprises si je souhaitais travailler sur le Congrès des États-Unis. C’était une question attendue – mes deux ami·e·s me l’avaient posée lors des entretiens blancs – mais délicate. Si ma thèse porte sur des débats parlementaires, seules les assemblées britannique, française et allemande font l’objet de mes investigations. Partant de là, pourquoi les Etats-Unis ? Pourquoi pas plutôt le Royaume-Uni (et non, dire que je ne voulais pas y retourner car j’avais déjà effectué un séjour de recherches à Oxford n’est pas une réponse très positive…) ? J’ai donc expliqué, calmement et avec le sourire, que je travaillais déjà sur trois langues et trois cultures politiques, et que je n’avais pas l’intention d’intégrer les débats parlementaires américains à ma thèse, même si je n’excluais pas qu’à moyen terme, mes recherches se portent aussi sur les Etats-Unis, en particulier parce que j’essayais de développer un modèle qui puisse être appliqué au discours politique en tant que genre. A ma grande surprise, un membre du jury a commenté ma réponse pendant l’entretien, me félicitant d’être capable de jauger de la faisabilité de ma thèse et ne pas vouloir à tout prix forcer le trait. Dans mon cas, ce n’est pas mon sujet de recherche qui m’invitait à me rendre aux Etats-Unis, mais l’institution d’accueil et le professeur. Ce ne sont pas des désavantages en soi, mais il faut savoir pourquoi on veut partir afin d’être cohérent·e.

Lors de l’entretien, les questions fusent : chaque membre du jury posait deux à trois questions d’affilée, et il ne m’était parfois possible d’y répondre qu’après deux interventions, ce qui implique de se souvenir de cinq à six questions… Je ne m’y étais pas préparée et j’aurais aimé prendre des notes ; pensez à prendre un petit bloc-notes et un stylo si vous le souhaitez.

Il ne faut pas hésiter à répéter ce qui figurait déjà dans les Research Objectives : le jury n’a pas appris par cœur votre candidature et il est normal d’expliquer à nouveau ce que vous avez déjà dit en approfondissant : avec d’autres mots, d’autres exemples. Mais l’entretien peut aussi être l’occasion de développer des points qui ne figuraient pas dans votre dossier de candidature écrite. J’ai ainsi pu évoquer ma volonté d’effectuer un bref séjour de recherche de deux semaines auprès d’une autre équipe dans une autre ville, notamment parce que la professeure que j’avais contactée m’avait dit ne pas pouvoir m’accueillir comme jeune chercheuse invitée pendant tout le semestre, mais que j’étais la bienvenue pour quelques jours lors d’un prochain séjour aux Etats-Unis. Il est tout à fait cohérent de vouloir participer à des conférences hors campus ou de vouloir rencontrer d’autres professeur·e·s lors de son séjour – c’est autorisé et même valorisé car cela montre que votre projet de recherche s’inscrit dans une cohérence d’ensemble qui n’est pas limitée à une seule université.

Enfin, soyez sûr·e·s de la durée de la bourse que vous demandez. La question que j’ai trouvée la plus ardue était sans doute : « Vous voulez partir cinq mois. Pourquoi cinq, et pas quatre, ou six ? ». S’il peut être plus facile de justifier de la durée de son séjour pour les disciplines « à archives » ou « à terrain », en linguistique, le lien avec l’institution est souvent d’autant plus important que c’est véritablement l’échange avec des collègues qui justifie, en tant que tel, le séjour de recherches. Cela implique d’avoir consciencieusement préparé sa réponse en amont, notamment en intégrant la durée du semestre dans l’université envisagée et la volonté d’y suivre des cours ou des séminaires ou encore les conférences aux Etats-Unis au cours desquelles on souhaiterait présenter une communication (un membre du jury m’a même demandé si j’avais déjà déposé un abstract alors que les inscriptions n’étaient pas encore ouvertes à la date de l’entretien).

Je conseille vraiment de préparer l’entretien en effectuant au moins deux entretiens blancs, d’une part parce que la pratique qui consiste à changer de langue en fonction des interlocuteurs/-trices est inhabituelle et demande un peu d’entraînement afin de pouvoir répondre de but en blanc tant en français qu’en anglais, d’autre part parce que contrairement à d’autres auditions (par exemple, pour les contrats doctoraux), le jury n’est a priori (pas du tout) spécialiste de votre sujet. Il faut donc effectuer un important travail de vulgarisation est être capable de montrer que son micro sujet de thèse est passionnant même à des personnes très éloignées de vos intérêts de recherche pour qui rien n’est évident. Deux des questions qui m’ont été posées ont commencé par « Je ne suis pas linguiste, mais… » ou « Ne venant pas de votre discipline, j’aimerais comprendre, concrètement, pourquoi… ». C’est peut-être le secret : être très concrèt·e permet de montrer à la fois que vous vous imaginez vraiment partir en ayant fait des recherches poussées sur votre futur lieu de vie. N’oubliez pas que de ce point de vue, à moins qu’un·e membre du jury ait effectué son séjour exactement dans l’université à laquelle vous aspirez, vous en saurez toujours plus que vos interlocuteurs/-trices : c’est votre projet, votre envie de départ.

En espérant que ces quelques conseils pourront être utiles à certain·e·s d’entre vous, bonne chance à tou·te·s les candidat·e·s !

[1] Petite précision pour les non initié·e·s : ‘MCF’ signifie ‘Maître·ss·e de Conférence’, ‘SHS’ ‘Sciences Humaines et Sociales’.

[2] Il semble depuis, avec l’élection d’Emmanuel Macron, que les classes bilangues soient « en voie de réapparition » pour la rentrée 2017 : http://www.letudiant.fr/college/6e/les-classes-bilangues-mode-d-emploi.html, consulté le 16 juin 2017.

Cite this article as: Naomi, "Trucs et astuces pour postuler à une bourse Fulbright – Programme doctorant·e·s," in Ici et là, 03/07/2017, https://icietla.hypotheses.org/47.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.